Terug naar de vorige pagina 

Charles Michel, minister-president van België

18 juni 2015

Minister-president Charles Michel op 18 juni 2015 in de plenaire zitting van de Belgische Kamer van Volksvertegenwoordigers:

“Mijnheer de voorzitter, beste collega's, de relatie tussen geschiedenis en toekomst is af en toe ingewikkeld. Een paar uur geleden waren wij in Waterloo voor de herdenking van een belangrijk deel van de geschiedenis van ons continent.

Ik wil zeer duidelijk zijn, mijn standpunt is bekend en zeer duidelijk: ik ben van mening dat de tragische gebeurtenissen tussen 1915 en 1917 door de laatste regering van het Ottomaanse Rijk als genocide moeten worden bestempeld. Dat is de positie van de Belgische regering.

Ik voeg er ook aan toe dat het cruciaal is voor de toekomst, zoals u hebt verklaard, dat men de inspanningen voor een reconciliatie zou aanmoedigen. Een dialoog is cruciaal voor de toekomst.

In dat verband ben ik ook blij met de evolutie in het officieel discours van de betrokken regeringen, onder meer door het betuigde rouwbeklag.

Wij Europeanen weten zeer goed hoe belangrijk verzoening is.

Volkeren hebben tragische en dramatische oorlogen uitgevochten in onze gewesten, op ons continent, op ons grondgebied. Wij hebben in Europa het fascisme en het totalitarisme gekend. Dankzij dialoog, verdraagzaamheid, openheid en respect zijn we erin geslaagd de toekomst van de Europese volkeren in het Europese ideaal en het Europese project in te passen. Nationale of internationale rechtshoven zullen zich over deze aangelegenheden moeten uitspreken.

Zoals u heeft gedaan, wil ik ons standpunt herhalen, nadat de Senaat immers in 1998 al in een resolutie de Turkse regering uitnodigde om de door de regering van het Ottomaanse rijk gepleegde genocide te erkennen. In deze resolutie werd uitdrukkelijk verwezen naar de resolutie van het Europese Parlement van 1987.

Ik denk dat de vragen die werden gesteld en de antwoorden die werden gegeven de Belgische regering de kans geven om duidelijk en krachtig een standpunt in te nemen over dit delicate onderwerp.”


Franse vertaling

“Monsieur le président, chers collègues, les relations entre l'histoire et l'avenir sont parfois compliquées. Il y a quelques heures, nous étions à Waterloo pour commémorer une partie importante de l'histoire de notre continent.

Je veux être très clair, ma position est connue et sans équivoque: j'estime que les événements tragiques survenus entre 1915 et 1917, et dont le dernier gouvernement de l'Empire ottoman est responsable, doivent être qualifi és de génocide. Telle est la position du gouvernement belge.

J'ajoute également qu'il est crucial pour l'avenir – comme vous l'avez déclaré – d'encourager les initiatives favorables à la réconciliation. Un dialogue est essentiel pour l'avenir.

À cet égard, je voudrais également me réjouir des évolutions dans les discours officiels des gouvernements concernés, notamment à travers de l'expression de condoléances qui ont été exprimées.

Nous savons très bien, en Europe, à quel point la réconciliation est importante.

Nous sommes une terre, un continent, un espace où des peuples se sont fait la guerre d'une manière tragique et dramatique. Nous avons, en Europe, connu le fascisme, le totalitarisme. Il a été possible, grâce au dialogue, à la tolérance, à l'ouverture et au respect d'inscrire le futur des peuples européens dans le cadre de l'idéal européen et du projet européen.

Il appartiendra à des juridictions nationales ou internationales de se prononcer sur ces sujets.

Comme vous l'avez fait, je veux rappeler l'expression, au départ du Sénat en 1998, puisqu'une résolution invitait déjà le gouvernement turc à reconnaître le génocide perpétré par le gouvernement de l'empire ottoman. Cette résolution faisait référence, de manière explicite, à la résolution du Parlement européen de 1987.

Je pense que les questions qui ont été posées et les réponses qui y ont été apportées donnent l'occasion au gouvernement de notre pays d'exprimer, avec clarté et avec force, une position sur ce sujet délicat.”

Colofon